Fitnet Manager : Saison 7 !


Cette nouvelle version de Fitnet Manager vient sonner la fin d’un cycle de 7 ans d’amélioration continue en embarquant une toute nouvelle technologie interactive prémice de grands changements encore à venir. Comme toujours les préoccupations qui nous ont animés reposent sur 3 principes : Faciliter l’adoption de Fitnet Manager, Optimiser les processus, Sécuriser les données.

Logiciel ERP

Planning

La Saison 7 propose de nouvelles fonctionnalités de planification avec un tout nouveau “Planning d’équipes” au format calendrier – le Scheduler – qui vient s’ajouter aux Capacity Planning des ressources et au Diagramme de Gantt des Projets. Comme toujours avec le module Planning, les ajustements se font en Glisser-Déposer et s’appuient sur des codes couleurs paramétrables pour identifier les différents objets : congés, prestations, formations, heures supp’ …

L’activation du module Planning fournit un Agenda personnel au sein du module Activités pour tous les utilisateurs. Cet Agenda est intégré à Outlook ou Google calendar et permet notamment de planifier ses interventions sur les affaires et de restituer ses heures réalisées.

Facturation

Les performances des traitements des Factures à émettre et des Factures émises ont encore été améliorées ; Fitnet Manager permet de gérer une volumétrie plus importante de factures, et offre également des astuces graphiques pour identifier rapidement les factures en soufrance

Pour s’adapter aux spécificités métiers de certains nos clients, comme les Avocats, Fitnet Manager peut être configurée en facturation horaire : Tarif horaire, Saisie des temps en heure, Facturation horaire.

Balance âgée : La balance âgée est une nouvelle vue intégrée aux Factures Émises permettant d’organiser la liste des Factures en attente de règlement par intervalle d’âge. Les intervalles sont configurables en nombre de Jours.

Congés

Cauchemar franco-français du code du travail, la gestion des congés est un vrai fardeau administratif pour nos entreprises. Le nouveau module Congés 2.0 de la Saison 7 propose un calcul à date d’effet des compteurs de congés intégrant l’acquisition mensuelle et la bascule périodique projetés à la date du congé.

L’interface de saisie des demandes a été améliorée également avec une vue agenda annuel intégrée au Planning. La saisie se fait en drag & drop sur le Scheduler (Planning d’équipe) et sur l’Agenda personnel des collaborateurs.

ERP SaaS

Candidats

La gestion des Candidats est une fonctionnalité attendue depuis longtemps. Elle permet d’enregistrer un Candidat avec ses Compétences, ses documents (CV, Diplômes, etc.), et de planifier des Notifications automatiques de relance.

Un workflow sur l’objet “Dossier RH – Candidat” permet d’automatiser le suivi du processus de recrutement et d’enregistrer un commentaire à chaque étape. Une fois le candidat validé, il rejoint la base de Collaborateurs actifs.

Workflow

La maille de validation des Feuilles de Temps est maintenant paramétrable : validation hebdomadaire (cas général) ou validation mensuelle (nouveauté). Le nombre de feuilles de temps à valider pour les manager est donc réduit d’autant et la lisibilité du tableau de synthèse est améliorée lorsque le planning prévisionnel en lui aussi à la maille mensuelle.

Le niveau de validation des Notes de Frais peut également être paramétré au niveau Feuille de Frais Mensuelle (nouveauté) plutôt qu’au niveau de chaque note de frais individuelle (cas général). La validation implique toujours tous les valideurs concernés par l’une ou l’autre des notes de frais, mais une seule fois.

Solution gestion SaaS

Outils système

TimeLine : Plus aucune action exécutée sur vos données en base ne pourra échapper à votre contrôle ! Timeline enregistre tout : les connections à votre environnement, les objets créés, modifiés ou supprimés. Sa fonction de recherche avancée permet de fouiller l’historique de toutes les actions en vous appuyant sur des mots clés et d’identifier qui a fait quoi !

BugReport : La Saison 7 de FitnetManager embarque un nouvel outil interactif pour faciliter les échanges avec l’équipe Support lorsque les Utilisateurs font face à une difficulté. BugReport permet de joindre automatiquement à son message une capture d’écran pour illustrer sa demande. BugReport collecte également toutes les informations techniques relatives à l’utilisation de FitnetManager : navigateur et version, système d’exploitation du poste utilisateur, et même le cas de navigation ayant conduit à l’écran faisant l’objet de la demande.

 

Ergonomie

Toujours plus proche de votre contexte, FitnetManager se fond dans votre univers graphique en adoptant vos couleurs ! Avec la Saison 7 FitnetManager devient Skinable avec une sélection de combinaisons de style adaptés aux couleurs de votre marque.

Avec la saison 7 FitnetManager parle le langage de votre métier : Architecte, Communication, Conseil, SSII, etc. votre activité a sa propre terminologie et FitnetManager s’adapte à elle !

 

 

Laisser un commentaire | Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Le mode SaaS : ERP ou solutions interfacées ?


ERP SaaS

L’évolution rapide des technologies sur internet nous permet de revenir rapidement sur des prophéties provenant de toutes parts et souvent énoncées à la hâte.

Certains se sont empressés, il y a quelques années à peine, d’enterrer l’ERP au profit de l’émergence du Cloud et des solutions en SaaS. Ces même personnes proposaient alors de se séparer des outils lourds et coûteux tels que SAP, Oracle ou encore Qualiac pour, grâce à la standardisation des technologies et du développement du mode SaaS, intégrer un éventail de solutions spécialisées à l’aide d’interfaces dites « natives ».  Pourtant, lorsqu’on souhaite interfacer un tableau excel avec celui de son voisin, on se rend vite compte que la tâche est complexe et ce, bien qu’il n’y ait pas de technologie plus standard que deux tableaux Excel. Il suffit, en effet, d’ajouter une petite colonne dans un tableau pour bouleverser le tout. L’interface devient alors obsolète. Finalement, dans l’univers évolutif des solutions en SaaS, « l’enfer c’est les autres » : l’enfer c’est l’interface.

Au fil des années, des solutions en tout genre apparaissent « dans le cloud » : CRM, RH, PLANNING, etc. Pourtant, aucun standard à l’horizon ! Malgré la mise à disposition d’API documentées, on observe que les changements opérés sur une application ne sont pas répercutés sur les interfaces des autres. Alors, on comprend très vite que l’ERP est bien la solution qui s’impose, même dans le Cloud, à condition que le logiciel soit adapté aux spécificités d’une commercialisation sur internet par abonnement locatif. Aujourd’hui, la formule à succès est l’ERP en SaaS vertical métier, prêt à l’emploi, pour limiter l’effort ainsi que les délais d’intégration et d’adoption. Les métiers du service, précurseurs dans ce domaine, sont de plus en plus nombreux à s’équiper de solution type ERP en mode SaaS.

Un logiciel en SaaS, taillé sur mesure pour un métier et visant à prendre en charge l’intégralité des processus de gestion de ces entreprises, sera toujours plus efficace qu’une constellation de solutions indépendantes interfacées. Pour une organisation, choisir un ERP  en SaaS permet de déléguer à l’éditeur la maintenance des interfaces entre les différents modules, de s’alléger de toute contrainte et de bénéficier pleinement des fonctionnalités disponibles dans sa solution de gestion.

 

Laisser un commentaire | Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Tsunami Numérique : La 3e vague de l’internet va déferler !


 

Numérique

Au delà de la révolution technologique que représente le Cloud Computing qui est en quelque sorte déjà derrière nous, le plus fascinant à observer reste la révolution Marketing qui, elle, est encore devant nous !

Tout est (enfin) devenu « cloud », même la Télévision : « Tous au Numérique » ! Vous êtes vous rendu compte que même la télévision arrive chez vous par Internet aujourd’hui ?! Que la Radio arrive sur votre Smartphone … par internet ?!

Avez-vous réalisé qu’avec la complicité de Facebook et de Google, votre Fournisseur d’Accès à Internet ou votre opérateur télécom mobile, peut presque tout savoir de vous ? Votre profession, vos hobbies, vos vacances, votre situation marital, etc.

Alors que nous préparent-ils pour demain ?

Combien de fois vous êtes vous dit en regardant une Publicité à la Télévision qu’elle était « vraiment nulle cette pub » ? Les publicitaires vous répondront que « vous n’étiez pas dans la cible » ! Demain, à la télévision, à la radio, avec la complicité du FAI, vous serez surpris d’être inondés de Publicités « toutes géniales », car spécialement « conçues » pour vous !

Alors Big Brother ou Démarche Rationnelle ?

Démarche Rationnelle bien sûr ! Pourquoi ?

La 3e vague Internet permettra aux Entreprises d’optimiser leurs coûts de communication marketing, mal nécessaire à la promotion de leurs marques et d’augmenter considérablement leur budget R&D indispensable à l’innovation des Produits, libérant ainsi une formidable énergie créative pour le développement … vertigineux quand on y pense !

Laisser un commentaire | Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Il faut repenser nos méthodes de travail et encourager le télétravail


Qui – à part les avocats et les gestionnaires de patrimoine – attache encore de l’importance à une belle adresse ? Au prix actuel de l’immobilier, les bureaux constituent une source de dépenses énorme pour les TPE et PME. Je dirige une société d’une dizaine de personnes, composée essentiellement de développeurs informatiques et de commerciaux, et dès sa création, j’ai décidé de miser sur le télétravail. Les cadres passent un temps considérable dans les transports pour se rendre au bureau : ils peuvent perdre entre 1 et 3 heures par jour pour ce type de déplacement. En instaurant le télétravail, une entreprise s’offre de généreuses économies : surface de bureau réduite au minimum, frais de déplacement quasi inexistants, gains de productivité, etc.

Mais passer du « tous-au-bureau » au « tout-dehors » nécessite de repenser son organisation et ses méthodes de travail. L’essor d’internet et de certains outils collaboratifs a déjà changé la façon de communiquer. A tel point que, même dans les grandes structures, on se déplace de moins en moins pour parler à un collègue, on préfère envoyer un courrier électronique ou téléphoner.

Homeoffice

Chez Fitnet Application, nous ne passons pas notre temps en réunion. En revanche, nous échangeons en temps réel en nous connectant sur Skype, le logiciel gratuit de communication téléphonique sur IP. A chaque collaborateur est attribuée une (ou plusieurs) tâche, mise en ligne sur un intranet : sa planification et son état d’avancement sont ainsi visibles par tous, et par l’intéressé en premier lieu. Nous n’envoyons plus d’e-mails non plus ! Sur le principe du mur de Facebook, nous postons, sur ce même intranet, nos questions, nos réponses ou nos remarques. Les collaborateurs vont les chercher en fonction de leurs besoins et de leurs attentes et réagissent en ligne.

Alors n’est-il pas temps de lâcher un peu la bride et d’envoyer nos cadres à l’école du Management 2.0 pour que la révolution numérique succède enfin aux anciennes pratiques ? Pour mettre en place ce type d’organisation, il faut néanmoins lever deux freins : le manager doit accepter de partager l’information en toute transparence, sans craindre de perdre son pouvoir. Quant au salarié, qui n’a pas l’habitude de travailler chez soi, il doit apprendre à se discipliner et à être autonome.

Laisser un commentaire | Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Le Cloud Computing dans la relation fournisseur/revendeur


Cloud computing

Avec l’essor du Cloud Computing, le modèle historique des relations « Fournisseurs – Revendeurs » n’est-il pas en train de subir un profond bouleversement ? Pour bien comprendre la petite révolution qui est en marche, il faut revenir sur ce qu’est le Cloud Computing : loin d’être un concept aussi brumeux que de « l’informatique dans les nuages » comme certains se plaisent à le traduire, le Cloud Computing consiste à distribuer les Services Informatiques sur internet. Tout aussi simple que bouleversant ! Car il n’a jamais été aussi facile d’accéder à des solutions informatiques sophistiquées depuis que les fournisseurs se sont décidés à les exposer et à les distribuer sur le web.

Cette rupture est non seulement technologique mais aussi commerciale, car le Cloud Computing fait la promotion du « modèle locatif à la demande » au dépens de la « vente de licences ». Ce nouveau mode de distribution ne permet plus d’amortir ses coûts commerciaux à la signature du contrat. Il impose donc de définir une nouvelle stratégie commerciale en termes de promotion et de distribution. Certains l’ont compris avant les autres et aux États-Unis, en moins de dix ans, de pur players du Cloud Computing se sont hissés aux premières places. Ils ont su s’imposer en leader sur leur marché en vendant des abonnements mensuels aux TPE/PME exclusivement par téléphone et internet.

Les nouveaux leaders, installés tout en haut du nuage, sont maintenant en bonne position pour activer le second levier d’accélération que leur offre Internet. Car en imposant un standard technologique et en permettant l’exposition en libre service de leurs solutions avec API, Code Source et Documentation, Internet favorise leur interconnexion ‘native’. Et donc plutôt que de bâtir de toutes pièces des réseaux coûteux de revendeurs distributeurs sur le terrain, ils peuvent s’appuyer sur l’intérêt général que trouvent de plus petits fournisseurs à s’intégrer à leurs solutions afin de démultiplier leurs ventes à travers eux. Les réseaux de revendeurs, à défaut d’être clairement identifiés – quoi qu’ils parviennent à les structurer par référencement sur leurs marketplaces – sont plutôt des éco systèmes de fournisseurs indépendants où chacun est un Prescripteur / Revendeur des solutions de l’autre. Une dynamique commerciale auto entretenue se crée.

Mais le plus époustouflant réside dans la rapidité du phénomène. A la hauteur de l’accélération qu’Internet a pu générer sur le plan des communications. Tellement rapide que les grands d’hier, bardés d’offres tout aussi larges qu’éblouissantes ont du mal à suivre. Après avoir investi plusieurs centaines de millions de dollars (qui sait vraiment combien ?) dans le développement d’offres SaaS destinées aux PME, ils constatent que les ventes tardent à décoller. Mais croyait-on pouvoir renouveler les succès d’antan en habillant simplement ses solutions d’un tout nouveau voile 100% web estampillé « Cloud Computing » ?

Car faute de combattants sur le terrain – puisque l’ennemi se cache maintenant dans le maquis Internet – les équipes commerciales en quête de juteuses commissions sur la vente de licences risquent de faire chou blanc ! Et on se demande s’ils parviendront à remettre en question leur organisation commerciale afin d’adopter les nouveaux modes de promotion et de distribution que propose Internet sans se mettre en porte-à-faux avec leurs revendeurs historiques.

En effet, les prestataires de services – Cabinets de Conseil et SSII – qui ont été jusque-là des prescripteurs privilégiés de solutions en tous genres (ERP, Messageries, etc.), se retrouvent, tels nos commerçants de quartier dans les années 70, en concurrence directe avec l’hypermarché du web ! Les responsables métiers et les directeurs informatiques dans les entreprises n’ont plus peur d’étudier les offres disponibles sur internet et certains oublient même de consulter leurs prestataires habituels pour leurs nouveaux projets. La probabilité est donc très forte que les prestataires de services vivent prochainement une profonde transformation dans des directions multiples.

Les plus audacieux, en signant des contrats de partenariat avec les éditeurs de solutions tenteront peut-être de devenir eux-mêmes des fournisseurs de solutions verticales pré-configurées, et les commercialiseront directement sur des infrastructures du Cloud Computing.

Les plus conservateurs, ceux qui longtemps ont présenté des offres de services orientées « Expert Solution » devront sans doute développer des « Expertises Métier ou Industrie » et déployer des ensembles clés en main de solutions interconnectés. Mais qu’ils se rassurent, les compétences requises pour construire de telles offres ne sont pas aussi difficiles à acquérir que celles imposées par les grands éditeurs d’hier pour être certifié « Expert Solution ». Car internet a une vertu : la standardisation des technologies ! En maîtrisant un ou deux ou langages de programmation on peut s’auto certifier expert en « Cloud Computing » !

Laisser un commentaire | Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn